Cahier de Lectures #3

 

Héloïse, ouille! – Jean Teulé

Éditions Julliard – 336 p.

 

4e de couvertureheloise-ouille.jpg

 

À la fin de sa vie, Abélard écrivait à Héloïse : « Tu sais à quelles abjections ma luxure d’alors a conduit nos corps au point qu’aucun respect de la décence ou de Dieu ne me retirait de ce bourbier et que quand, même si ce n’était pas très souvent, tu hésitais, tu tentais de me dissuader, je profitais de ta faiblesse et te contraignais à consentir par des coups. Car je t’étais lié par une appétence si ardente que je faisais passer bien avant Dieu les misérables voluptés si obscènes que j’aurais honte aujourd’hui de nommer. »

Depuis quand ne peut-on pas nommer les choses ?
Jean Teulé s’y emploie avec gourmandise.

 

 

En quelques mots …

Jean Teulé nous raconte joyeusement, avec une gourmandise et une obscénité non feinte, la passion consumante et l’insatiable appétit sexuel que se vouent Pierre Abélard – célèbre théologien moyen-ageux – et son élève Héloïse. Tout deux se livrent, sans pudeur et sans tabou, au détriment de la bienséance, dans une relation dévorante, irrationelle, presque divine. Une histoire d’amour obscène et passionelle qui va conduire Abélard et Héloïse dans des aventures et mésaventures incroyables.

 

Un passage du livre

– Comment ça :  » Tout ce que tu me fais je te le fais, tout ce que je te fais tu me le fais ?  » Serait-ce là notre réglement intime ?

– Exactement. D’ailleurs, prends maintenant ma place et moi la tienne.

En travers, sur les mignonnes cuisses de grenouille de la scolare qui peine à s’asseoir (évidemment), le précepteur s’installe et lui offre un cul nu de théologien reconnu qu’elle fesse doucement pendant qu’il promet :

– La prochaine fois que tu me contraries, je t’encules.

Elle sourit.

 

Mon Avis

L’Histoire – Je ne connaissais pas l’histoire d’Abélard et Héloïse (honte à moi). L’erreur est rectifiée (et de la meilleure des manières) grâce à ce roman transgressif, moderne et drôle. J’ai par contre trouvé quelques passages redondants, notamment les scènes de sexe, en continue, durant les premières pages, mais l’histoire – réelle – était à la fois amusante, divertissante, chargée d’un doux (et hard) érotisme et c’est avec joie et curiosité que l’on tourne les pages pour découvrir le destin hors du commun des deux protagonistes.

L’Écriture –  Une bonne retranscription de l’époque, des ses coutumes, de ses croyances et de sa violence. Jean Teulé nous plonge, de nouveau, avec son incroyable savoir faire, dans une histoire de l’Histoire. Des dialogues drôles, des scènes cocasses, des descriptions crues, tel est toujours le style de l’auteur (qui fait toujours recette) mais là, en plus, l’érotisme est permanent et Teulé écrit magnifiquement l’acte sexuel, joyeux et voluptueux (50 Nuances de Grey peut aller se rhabiller).

Mon Ressenti – On ne voit pas le temps passer pendant toute la lecture du livre. L’histoire est vraiment drôle et bien écrite. C’est une ode au sexe et à l’amour passionnel qu’on prend plaisir à lire et à découvrir tout au long de ses pages. Découvrir l’Histoire (avec un grand H) avec Jean Teulé est, une fois de plus, un réel plaisir enrichissant et divertissant. J’ai adoré.

 

Et toi as-tu lu ce livre ? Comment l’as-tu trouvé ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s