Cahier de Lectures #4

Il est de retour – Timur Vermes

Editions 10/18 – 404 p.

 

4e de couvertureIl est de retour

Berlin 2011. Soixante-six ans après sa disparition, Hitler se réveille dans un terrain vague de Berlin. Et il n’est pas content : quoi, plus personne ne fait le salut nazi ? L’Allemagne ne rayonne plus sur l’Europe ? Tous ces Turcs qui ont pignon sur rue sont venus de leur plein gré ? Et, surtout, c’est une FEMME qui dirige le pays ? Il est temps d’agir. Le Führer est de retour et va remettre le pays dans le droit chemin. Et pour ça, il lui faut une tribune. Ça tombe bien, une équipe de télé, par l’odeur du bon filon alléché, est toute prête à lui en fournir une. La machine médiatique s’emballe et bientôt, le pays ne parle plus que de ça. Pensez-vous, cet homme ne dit pas que des âneries ! En voilà un au moins qui ne mâche pas ses mots. Et ça fait du bien, en ces temps de crise…

 

En quelques mots …

Heu … ! En fait tout est dit dans la 4e de couverture… Rien à ajouter.

 

Un passage du livre

Mais il me fallait encore répondre à une question : pourquoi moi, alors que tant de grands hommes de l’histoire allemande attendaient eux aussi une seconde occasion de conduire leur peuple sur le chemin de la gloire ? Pourquoi pas Bismarck ? Pourquoi pas Frédéric II ? Charlemegne ? Othon ?
La réponse à cette question ne me demanda que peu de réflexion et elle fut si simple que je ne pus retenir un sourire flatté.

 

Mon avis

L’Histoire – Un scénario très prometteur mais une histoire bien creuse, sans rebondissement et qui semble bâclée.

L’Écriture – Une écriture sans réelle saveur (due à une traduction ratée ?) rarement comique, souvent trop lente. La longueur des chapitres n’a d’égal que son manque d’intérêt.

Mon ressenti – La première pensée que l’on a après cette lecture c’est : Dommage ! Il y avait tellement de chose à faire, à imaginer, à créer autour de cette intrigue. Cela aurait pu être drôle, cela aurait pû être énigmatique, politique (cela l’est un minimum tout de même), voir fantastique (car à aucun moment on apprend comment le dictateur s’est retrouvé projeté dans notre époque), mais l’auteur, sûrement en voulant donner une réalité à un phénomène politique – celui que de nos jours nous ne sommes pas à l’abri d’un retour d’un dictateur comme Hitler – s’est perdu dans sa volonté de réalisme. Cela donne un roman fade et creux, au scénario très pauvre et ennuyant. Et puis c’est long, très long. Je crois n’avoir jamais eu autant de difficulté à finir un bouquin. Bref. A éviter !

 

Et toi ? As-tu lu ce livre ? L’as-tu apprécié ou as-tu été aussi déçu que moi ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s