Cahier de Lectures #8

Bonjour Tristesse – Françoise Sagan

 

Éditions Pocket- 153 p.

4e de couverture bonjour tristesse - sagan

 

La villa est magnifique, l’été brûlant, la Méditerranée toute proche. Cécile a dix-sept ans. Elle ne connaît de l’amour que des baisers, des rendez-vous, des lassitudes. Pas pour longtemps. Son père, veuf, est un adepte joyeux des liaisons passagères et sans importance. Ils s’amusent, ils n’ont besoin de personne, ils sont heureux. La visite d’une femme de cœur, intelligente et calme, vient troubler ce délicieux désordre. Comment écarter la menace ? 
Dans la pinède embrasée, un jeu cruel se prépare.

C’était l’été 1954. On entendait pour la première fois la voix sèche et rapide d’un « charmant petit monstre » qui allait faire scandale. La deuxième moitié du XXe siècle commençait. Elle serait à l’image de cette adolescente déchirée entre le remords et le culte du plaisir.

En quelques mots …

 

Cécile, une jeune-fille de dix-sept ans, passe d’agréables vacances avec son père et la nouvelle petite amie de celui-ci. Et Cécile, insoumise, oisive et capricieuse ne supporte pas la venue d’une nouvelle femme, intelligente et charismatique, qui veut mettre un peu d’ordre dans leur vie légère et festive. Alors Cécile va manigancé un plan infaillible pour se débarasser de cette importune.

 

Un passage du livre

 

   Anne ne devait pas arriver avant une semaine.

Je profitais de ces derniers jours de vrais vacances. Nous avions loué la villa pour deux mois, mais je savais que dès l’arrivée d’Anne la détente complète ne serait plus possible. Anne donnait aux choses un contour, aux mots un sens que mon père et moi laissions volontiers échapper. Elle posait les normes du bon goût, de la délicatesse, et l’on ne pouvait s’empêcher de les percevoir dans ses retraits soudains, ses silences blessés, ses expressions. C’était à la fois excitant et fatigant, humiliant en fin de compte car je sentais qu’elle avait raison.

 

Mon avis

 

L’Histoire – Une jeune fille tiraillée entre son rejet de l’autorité de sa nouvelle belle-mère et l’amour et le respect qu’elle éprouve pour celle-ci. Tout cela forme une sorte de thriller psychologique et machiavélique teinté de sentiments adolescents, contradictoires. Qui tire les ficelles ? Qui manipule l’autre ?

L’ÉcritureUne écriture brève, vive, qui pourrait symboliser les sentiments adolescents, qui s’entrechoquent et valsent dans un torrent bouillonant. Des phrases incisives, nettes et précises. Des mots sincères, légers. Un phrasé authentique et agréable. De la poésie romancée.

Mon ressentiUne écriture talentueuse (quand on pense que ce roman n’a été publié alors que Sagan n’avait que dix-huit ans !) et une intrigue – qui pourrait sembler banale – magistralement menée, baignée dans une ambiance douce-amère, mélancolique, font de ce livre une oeuvre à lire… et à relire.

 

Et vous ? Qu’avez-vous pensé de la prose de Sagan ? C’est quand même pas mal nan ?!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s