Cahier de textes #9

 

Ma toute première histoire

donald

Récemment, j’ai retrouvé mon tout premier cahier d’écriture ( dont le titre est  » J’voudrais bien une histoire  » ) … et ça m’a beaucoup amusé.

Je me suis dis qu’il fallait absooolument que je vous partage la toute première histoire (fable ?) que j’ai écrite.                                                          

Alors je vous préviens tout de suite, j’ai retranscrit le texte en l’état, l’histoire est méga courte ( j’avais sûrement préféré retourné à mes playmobils plutôt que de développer ma super intrigue ), assez nulle, la concordance de temps est archi-mauvaise et la chute est naze… Mais bon, vous pardonnerez, je l’espère, à l’enfant de 8 ans qui a écrit ces quelques lignes…

Voilà donc… (roulements de tambours)

 

 

Les Trois Voitures

 

Sur le parking, trois voitures sont garées.

— Vous voyez devant vous, mes chers confrères, une superbe Rolls Royce, qui a radio, téléphone, sièges arrières et j’en passe… Je suis garantie dix ans mes chers. Et vous madame ?

A côté de lui il y avait une Renault.

— Moi je conduirai mon maître où j’ai envie d’aller, car je veux aller où j’en ai envie.

A côté de la grincheuse il y avait une… Ils n’arrivaient pas à lire, moi de même, il y avait trop de poussière. Mais c’était le numéro 4775.37.

La Rolls Royce et la Renault lui demandèrent : — Et toi que feras-tu ?

La bécane répondit : — Ce que je peux.

Deux ans plus tard, la Renault faisait ce qu’elle avait dit. La Rolls Royce, quand son maître se promenait avec, en roulant, regardait les autres pour se vanter, alors il attrapa tout le temps des accidents.

Tandis que le numéro 4775.37 était très bien, il roulait à toute vitesse sans attraper d’accidents, si bien que les voisins de son maître voulaient l’acheter à prix d’or.

Mais son maître disait : — Non elle n’est pas à vendre.

Et il la dorlotait.

Finalement, il vaut mieux ne jamais se vanter.

 

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

 

Voilà, c’était ma toute première histoire, avec sa morale si fine, si spirituelle…

Merci de m’avoir lu.

A bientôt.

Frédéric Dessault

 

 

 

 

7 réflexions sur “Cahier de textes #9

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s