Cahier de Lecture #15

Le crime du comte Neville

Amélie Nothomb

Éditons Albin Michel – 134 p.

 

4e de couvertureCVT_Le-crime-du-comte-Neville_3550

 

 » Ce qui est monstrueux n’est pas nécessairement indigne. « 

 

 

 

 

Un passage du livre

 

Neville se leva, l’air de penser qu’il en avait assez entendu. La voyante le rejoignit et lui saisit la main en un geste d’enthousiasme, comme pour lui signifier qu’elle était de son côté, mais elle changea d’expression en lui touchant la paume.

— Vous allez bientôt donner chez vous une grande fête, dit-elle.

— En effet.

— Lors de cette réception, vous allez tuer un invité.

— Pardon ? s’écria le comte qui blêmit.

La voyante lâcha sa main et sourit.

— Rassurez-vous. Tout se passera à merveille. Suivez-moi, nous allons réveiller votre fille.

Sans cette prédiction de dernière minute, Neville aurait réservé à cet instant un trésor d’effusions. Mais quand il entra dans la pièce, il était plus raide que jamais.

 

En quelques mots …

 

Ça faisait une éternité que je n’avais pas lu Amélie Nothomb, aussi, lorsqu’on m’a prêté ce dernier roman, je me suis dit que je le lirai plus tard, n’étant pas particulièrement pressé que ça de fêter mes retrouvailles avec l’auteure belge au grand chapeau, ça pouvait encore attendre un peu. Le soir même j’ai voulu y jeter un œil et découvrir quelques pages. Au final je l’ai lu d’une traite, trop désireux de savoir le fin mot de cette histoire palpitante.

Des dialogues savoureux, le mot toujours juste et piquant, des réflexions sur l’empathie, le renoncement, la lassitude de la vie, et l’acceptation face à l’inéluctabilité du destin, ce roman est une comédie dramatique, une tragédie antique (en témoigne les quelques références à la mythologie grecque dans le livre) aux résonances shakespeariennes, avec des scènes très théâtralisées, dont on se délecte sans se lasser.

L’écriture d’Amélie Nothomb est calme et tranquille, posée, et nous balance avec agilité dans les déboires du comte Neville, cet aristocrate bientôt ruiné qui va devenir un meurtrier, et de sa fille suicidaire qui le pousse à la tuer…

Une lecture vraiment plaisante et un roman qui a pour unique défaut d’être un peu trop court.

 

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Et vous ? Vous avez lu ce livre ?

Qu’en avez-vous pensé ?

Bises

Frédéric Dessault

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s