Cahier de Lectures #37

 

Suiza  –  Bénédicte Belpois  ♥♥♥♥

 

suiza

 

J’étais totalement passé à côté de ce livre et ne l’ai lu uniquement parce qu’il faisait parti des dix finalistes pour le Grand Prix des Blogueurs Littéraires. Si je devais vous dire mon impression en un mot ce serait : Wow !

Transpirations. Fusion des corps, haletants. Désir. Vif. Brutal. Bestial. C’est l’histoire d’un mec paumé, désabusé, un agriculteur de Galice, un dur à cuire, veuf d’une femme qu’il n’aimais pas vraiment. Il apprend qu’il a un cancer et qu’il ne lui reste que quelques mois à vivre. Il flippe un peu, beaucoup, mais en même temps sa vie ne vaut pas grand chose, même de son point de vue, alors il se résigne, assez vite. Mais il va faire la rencontre d’une jeune fille, une française (suisse en vérité), belle, sexuelle, qui sert dans le bar où il a ses habitudes, une fille pas farouche, un peu niaise, que le tenancier grimpe déjà de temps à autres. Lui, dès qu’il la voit, il veut la posséder, la prendre, de force s’il le faut. Il faut qu’elle lui appartienne. Il va l’emmener… Ensemble, il vont découvrir la passion dévorante, surtout l’amour, l’amour corporelle, l’amour éperdu, et plus encore…

Un roman haletant, parfois choquant. La bestialité magnifiée. Une histoire bien menée qui réserve son lot de surprise. Splendide. 

 

Résumé : 

« Elle avait de grands yeux vides de chien un peu con, mais ce qui les sauvait c’est qu’ils étaient bleu azur, les jours d’été. Des lèvres légèrement entrouvertes sous l’effort, humides et d’un rose délicat, comme une nacre. À cause de sa petite taille ou de son excessive blancheur, elle avait l’air fragile. Il y avait en elle quelque chose d’exagérément féminin, de trop doux, de trop pâle, qui me donnait une furieuse envie de l’empoigner, de la secouer, de lui coller des baffes, et finalement, de la posséder. La posséder. De la baiser, quoi. Mais de taper dessus avant. »

La tranquillité d’un village de Galice est perturbée par l’arrivée d’une jeune femme à la sensualité renversante, d’autant plus attirante qu’elle est l’innocence même. Comme tous les hommes qui la croisent, Tomás est immédiatement fou d’elle. Ce qui n’est au départ qu’un simple désir charnel va se transformer peu à peu en véritable amour. 

 

Un gros coup de cœur pour ce roman que je vous conseille plus que vivement.  

Une réflexion sur “Cahier de Lectures #37

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s