Cahier de Poésies #19

PLUIE DE VILLE

 

pluie

 

 

Ciel ombrageux et nuages mornes

Déversent leurs larmes sur la ville

Et les passants, statues d’argiles

S’abritent sous les toits informes

 

Les feuilles mortes automnales

Sont emportées par les grands flots

Et tels de fragiles bateaux

Sombrent au loin des lits d’opales

 

Puis un éclair déchire le jour

Fige la nature pour un temps

L’obscure tonnerre grondant

Fissure tous les alentours

 

Les gouttes tombent par milliers

Uniformisent le sol impur

Et les nuages gris et durs

Impitoyables, sans pitié

Font fuir les chats et chiens errants

 

Le monde fait alors silence

Patiente avec incertitude

Espérant que ce temps rude

Finisse un jour son errance

Et que revienne le printemps

 

Et puis soudain cesse la pluie

Les cieux retrouvent le repos

Les oiseaux sifflent à nouveau

La ville respire la vie

 

Je marche sur un trottoir clean

Mais une voiture sans ambage

Qui accèlère sur mon passage

Trempe mes baskets et mon jean

 

Clip Clop Clip Clop

Le ciel a fini de pleurer

Clip Clop Clip Clop

Mais me voilà bien fagoté

Une réflexion sur “Cahier de Poésies #19

  1. yannucoj dit :

    Un style d’écriture bien ancré/encré dans son époque, où s’entremêlent harmonieusement un subtil mélange de classicisme et de modernité.

    On se sent accaparé par les images, on imagine tous les éléments du ciel et de la terre s’échanger des confidences.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s