Cahier de poésies #24

Bateau Bleu

Sur l’eau calme aux reflets de nacres,  

telle une étoile filante

qui soudainement ralentirait,  

le bateau bleu de mon enfance

veut fuir les lois rances du large

et l’éminence temporelle

qui l’appelle

Mais c’est avec indifférence

que l’orage des années

le pousse toujours impérieusement

vers l’avenir et le néant,  

dans l’obscur décennie d’un siècle désavoué

Il faut chercher

Posez ses yeux loin de ses pieds

Regarder les grands nuages

qui se mêlent et qui s’emmêlent,  

formes informes et cotonneuses,  

pour dessiner en aquarelle,  

là un dragon, là une sirène

Blancheur immaculée,  

teintée de gris et de noirceur

Conserver un brin de candeur,  

un songe auquel s’arrimer

Retrouvez de l’innocence

De la saveur

des rêves de l’enfance

Garder en vue ce bel esquif,

malgré les vagues et les récifs,  

les tempêtes et les vents,  

la fureur infâme du temps

Et puis alors,

parfois,

lorsque l’occasion se présente,

s’ancrer à lui,

monter à son bord

à nouveau,

goûter ses joies innocentes

pour un temps,

précieux ;  

le bateau bleu

4 réflexions sur “Cahier de poésies #24

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s