Là-bas, chez moi

Là où les arbres sont souverains

Où le vent siffle entre les branches

Je suis chez moi

Là où les temps incertains

Somnolent au grés des feuilles oranges

Je suis chez moi

Là où flamboie le crépuscule

Où l’herbe folle se plie au vent

Je suis chez moi

Là où les ombres dissimulent

Les amours des amants

Je suis chez moi

Là où l’horizon se fait lointain

Où les prairies sont des océans

Je suis chez moi

Là où se cachent les orphelins

Dans les cabanes au fond des champs

Je suis chez moi

Là où coule les ruisseaux

Où les rosées bercent la terre

Je suis chez moi

Là dans le creux d’un hameau

Où volent les temps éphémères

Je suis chez moi

Loin du tumulte et du bitume

Très loin là-bas

Je suis chez moi  

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s