ombres passantes

Rose, orange, rouge.

Brûlures de ciel.

Teintes pastelles.

Crépuscule qui s’étiole dans le firmament.

Atmosphère feutrée et senteurs d’herbes fraîches éveillent en moi une réminiscence, une tendresse de l’enfance, et je nous revois marcher, le ventre lourd, avec ma sœur et ma grand-mère, pour une balade d’après souper.

Clapotis d’ailes.

Un oiseau s’envole et se pose sur une branche.

Ombres de bois.

Chimères d’ébène jaillissantes dans le bleu souverain.

Une danse lente.

Les nuages avancent, en cadence.

D’où viennent-ils ?

Probablement du souffle d’un géant.

Où vont-ils ?

À la recherche d’un paradis perdu.

Que sont-ils ?

Des espoirs immaculés.  

Puis l’odeur de la terre, molle et humide, traverse l’air appaisant.

Les maisons s’allument.

La symphonie lancinante des grillons, sifflements stridents et ridicules.

Spring Waltz. Mariage d’amour.

Une mélodie de Chopin.

Virtuosité.

Vertiges.  

Comment réussir à mêler ainsi la joie, la tristesse, la délicatesse, la naïveté ?

Éclatement.

Envoûtement.

Je me laisse submerger.

Beauté universelle, musicale et naturelle.

Brieveté de l’émotion.

Des petites gouttes de pluie.

Nostalgie.

Pureté.

Douceur.

L’aurore, éphémère.

J’ai envie de chialer.

Mes yeux se posent dans l’horizon, avant que la nuit ne l’emporte.

Le ciel est le pays des songes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s