Flammes

Des flammes rouges entremêlées

Effleurent la finesse d’une épaule

Branches fluides d’un grand saule

Qui emprisonnent mes yeux bleutés

Y enfouirais-je mes mains infâmes ?

Toute la grâce du bout des doigts ?

Je désire ma bouche en éclat

Sur cette crinière de flammes

Prendre le temps de l’inspirer

Humer sa senteur automnale

Qui viendra bousculer mon âme

Au point du jour, la déchirer

Que je sois son humble esclave

Qu’elle devienne ma souveraine

Et que s’injecte dans mes veines

L’omniprésence de ses flammes

Voilà que d’un simple regard

Je me suis condamné

Le châtiment, en volupté

Par cette teinte de renard

Et je me laisse succomber

Dans ce torrent qui m’émerveille

La chevelure d’un soleil

Qui fait de moi son obligé

Dans les cheveux longs de la femme

Si magnifiques et envoutants

Je me consume tel un amant

Perdu dans le rouge des flammes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s