Ce qu’il faut de courage

L’obscurité emprisonne la mémoire des hommes.

Il y a le silence.

Tout est silence.  

Silence étouffé.

Silence assourdissant.  

Silence vissé dans les viscères de la boue.  

Silence saturé dans les barbelés ravageurs.

La terre boulimique, la Mère poreuse, ingère

les formes informes et les peaux crasseuses,

recrache les âmes damnées et les rêves révolus. 

Les yeux sont vides, les bouches sèches,

asséchées par le manque,

par le manque de la bouche de l’être aimée,

de ces lèvres abandonnées dans ce lointain trop lointain.

L’espoir n’a plus sa place dans la douleur et le néant.

L’amour non plus.

Les soldats suintent des amours perdus.

Et les balles avalent les hommes.

Et le ciel regarde sans rien faire.

Massacrer ou mourir.

Souvent les deux.

Toujours par hasard.

Toujours pour rien.

Une lame rencontre un corps.

Le plomb, l’acier, transperce le corps.

Le feu explose le corps.

Et le corps ne comprend pas.

Ordres futiles.

Gueulantes meurtrières.

Baïonettes aiguisées.

Des crocs tenaces.

Avancer pour tuer.

Courir pour mourir.

Tomber.

Tomber par milliers.

En milliers de morceaux.

– Ce qu’il faut de courage pour refuser de tuer.

2 réflexions sur “Ce qu’il faut de courage

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s