Cahier de Lecture #18

François le Petit – Patrick Rambaud

Grasset – 240 p.

 

4e de couverture        fftdfde

 

 » Je raconte ici l’histoire d’un petit nombre d’hommes qui, poussés par les événements, ne se hissaient point à leur portée. Avant de rejoindre le monde des esprits, François-le-Grand avait estimé que ses successeurs ne seraient au mieux que des comptables ; c’était vrai : le règne de Nicolas-le-Mauvais puis celui de François-le-Petit avaient tourné aux calculs, à la combine, aux querelles de coteries. Ces parvenus avaient ennuyé le peuple, ils l’avaient trompé, maintenant ils l’exaspéraient.  » P.R.

 

Lire la suite

Cahier de Textes #12

UN AMIcartoon-cute-friendship-love-Favim.com-3132261

 

Elle n’en pouvait plus d’être seule. Elle en crevait d’ennui.

Elle avait parcouru maintes fois les environs, ratissé chaque coins, chaque cachettes, mais n’avait trouvé personne. Pas un chat ! Pas âme qui vive !

Et elle était épuisée. Cela faisait des heures qu’elle cherchait, qu’elle désespérait.

Elle avait tant envie de rencontrer, enfin, une présence bienveillante, un ami pour s’amuser, une épaule pour se reposer…

Sa solitude lui pesait tellement !

Lire la suite

Cahier de Lectures #14

 

Wilt 1 – Comment se sortir d’une poupée gonflable et de beaucoup d’autres ennuis encore – Tom Sharpe

 

Éditions 10/18 -285 p.

 

4e de couverture CVT_Wilt-Tome-1--Comment-se-sortir-dune-poupee-gonfl_3198

 

Henry Wilt est à bout. La quarantaine passée, chaque jour lui rappelle sa médiocrité. Une carrière au point mort, des étudiants dégénérés, et Eva sa femme, qui ne rate jamais une occasion de le rabaisser. Certain que le monde lui refuse depuis longtemps une gloire bien méritée, Henry décide d’agir et de supprimer celle qui a fait de sa vie un véritable enfer. 

 

 

 

Lire la suite

Cahier de Textes #11

 

DISPARITION0c51116258a1c94e0f3200fb7d708be3

 

   Nous avons vécu tant de choses ensemble, indissociables l’un de l’autre pendant si longtemps. Nous avons partagé tant de bons moments, effectué quelques voyages, parcouru des paysages, contemplé des monuments, des forêts, et des collines verdoyantes.

   Ces derniers mois nous ne nous quittions plus, chaque fois que je sortais je t’emmenais avec moi, et tu m’étais d’un grand réconfort, tu m’apportais la chaleur dont j’avais tellement besoin.

   Si bien que, hier soir, nous sommes tous les trois partis, toi, moi, et ma petite amie.

   Et pour la première fois, toi et moi sommes entrés dans le majestueux théâtre de la  » Comédie Française « .

Lire la suite

Cahier de Textes #6

 

Dancing Queen reine3484

A la même heure et chaque jour, quand le soleil perce les nuages, qu’un éclat de lumière vient caresser sa robe violette ; la reine s’éveille.

Son regard est fixe, droit et bienveillant.

Son air est aimable.

Couronne perchée sur ses cheveux grisonnants, elle sourit béatement.

Imagine-t-elle qu’une foule l’acclame ?

Lire la suite

Cahier de Lectures #10

Re-vive l’empereur ! – Romain Puértolas

Editions Le Livre de Poche – 381 p.

4e de couverture

 re-vivelempereur

Maintenu en parfait état de conservation par les eaux glaciales de la mer du nord, repêché par un chalutier, puis décongelé, Napoléon Bonaparte revient à la vie au moment des attentats djihadistes de Paris, juste à temps pour sauver le monde..

En quelques mots …

Les aventures drôles et rocambolesques de Napoléon, de retour, après presque deux siècles de cryogénisation.

Lire la suite

Cahier d’auteur #5

 

La Part du Temps – 4ème Extrait

 

Bonjour à toutes et à tous, voilà (en exclusivité) un quatrième extrait de mon roman. tabextr4

Bonne lecture !

 

Extrait du Carnet de mon père.

Pensées sur le Temps page 67  

 

    » Je ne porte pas de montre, car la tyrannie du temps est une atteinte grave à la liberté. « 

Jean d’Ormesson

 

   Est-il possible d’échapper au temps ?

   Nous ne pouvons pas l’apprivoiser. Nous ne pouvons pas nous y soustraire. Nous ne pouvons pas aller et venir en lui.

   Mais est-il possible de s’en absoudre ?

   Nous pensons le temps comme un phénomène changeant, des instants qui vont et qui viennent, alors nous devons avoir la capacité de pouvoir stopper ses effets ; en restant inerte par exemple, en devenant immobile dans un monde mobile. Cela n’empêcherait certes pas le temps d’exister, de continuer d’avancer, mais il nous serait alors possible de nous affranchir de lui.

   Est-ce à cela que nous sert de dormir ou de méditer ? A se fixer dans le temps, contre le temps ?  A ce moment là, nous n’avons plus conscience de lui, et pouvons donc, a priori, nous  libérer de son emprise.

Lire la suite

Cahier de Lectures #4

Il est de retour – Timur Vermes

Editions 10/18 – 404 p.

 

4e de couvertureIl est de retour

Berlin 2011. Soixante-six ans après sa disparition, Hitler se réveille dans un terrain vague de Berlin. Et il n’est pas content : quoi, plus personne ne fait le salut nazi ? L’Allemagne ne rayonne plus sur l’Europe ? Tous ces Turcs qui ont pignon sur rue sont venus de leur plein gré ? Et, surtout, c’est une FEMME qui dirige le pays ? Il est temps d’agir. Le Führer est de retour et va remettre le pays dans le droit chemin. Et pour ça, il lui faut une tribune. Ça tombe bien, une équipe de télé, par l’odeur du bon filon alléché, est toute prête à lui en fournir une. La machine médiatique s’emballe et bientôt, le pays ne parle plus que de ça. Pensez-vous, cet homme ne dit pas que des âneries ! En voilà un au moins qui ne mâche pas ses mots. Et ça fait du bien, en ces temps de crise…

Lire la suite

Cahier de Lectures #3

 

Héloïse, ouille! – Jean Teulé

Éditions Julliard – 336 p.

 

4e de couvertureheloise-ouille.jpg

 

À la fin de sa vie, Abélard écrivait à Héloïse : « Tu sais à quelles abjections ma luxure d’alors a conduit nos corps au point qu’aucun respect de la décence ou de Dieu ne me retirait de ce bourbier et que quand, même si ce n’était pas très souvent, tu hésitais, tu tentais de me dissuader, je profitais de ta faiblesse et te contraignais à consentir par des coups. Car je t’étais lié par une appétence si ardente que je faisais passer bien avant Dieu les misérables voluptés si obscènes que j’aurais honte aujourd’hui de nommer. »

Depuis quand ne peut-on pas nommer les choses ?
Jean Teulé s’y emploie avec gourmandise.

  Lire la suite