Cahier de Lectures #20

TOP LECTURES 2018

 

top lecture

 

Tout d’abord, je vous souhaite une très bonne année à toutes et tous. Et je réitère mes vœux de l’an dernier, en espérant pour vous beaucoup de joies, d’aventures, de rencontres, d’amour, des rêves infinis et des lectures savoureuses…

Cette année livresque fût pour moi pleine de découvertes, m’entraînant dans des histoires incroyables, me faisant voyager par delà les frontières (l’imaginaire, tout comme un livre, n’en a pas), me présentant tant de personnages intéressants, forts, fragiles, me faisant ressentir un torrent d’émotions…

Cette année, j’ai lu un total de 54 livres. Certains que je lu d’une traite, d’autres pour lesquels je dû m’accrocher avant d’y trouver mon compte, et, les plus rares, ceux que je dû me résoudre à abandonner.

Ce ne fût pas facile de les classer, mais voici…  Lire la suite

Comment j’ai auto-publié mon livre : de la conception du roman à son édition #1

Acte 1 :  Il suffit de commencer (des débuts laborieux)

 

ob_351a0b_stylo-plume-encre-2

 

 

Bonjour à tous.

Je vais tenter, dans une série de plusieurs articles, de vous raconter, de vous expliquer, aussi véridiquement que possible, tout le cheminement effectué pour mon roman, de sa conception à sa publication ; en espérant que cela vous intéresse, voire même que cela vous soit utile, si d’aventure vous souhaiteriez, vous aussi, vous lancer dans la grande aventure de l’écriture d’un livre. 

C’est donc parti pour un long chemin, fait de joies et de doutes, d’abnégation, de souffrances, et de plaisir.   

Lire la suite

Cahier d’Auteur #9

LA PART DU TEMPS – Bande Annonce

 

 

Bonjour tout le monde, j’espère que vous avez passé un bon été et que la rentrée s’est bien déroulée.

Pour ma part, l’été a filé à vitesse grand V et je n’ai pas accordé du tout de temps à ce pauvre blog laissé à l’abandon…

Mais bref, trêve de babillage, il était temps pour moi de sortir de ma léthargie estival et de vous faire savoir, grâce à cette Bande-Annonce faite maison, que mon premier roman  » La Part du Temps  » est désormais disponible en format e-book et broché sur Amazon, en auto-édition.

En voici la 4ème de couv’ : 

Mon père a une obsession, comprendre et apprivoiser le Temps. Il ne veut rien oublier. Jamais. Quant à moi, je m’efforce de vivre ma vie, de profiter de chaque instant, et d’avancer, toujours, savourant pleinement ce don qui m’a été transmis, la part du temps.

En espérant qu’il vous plaise et trouve une petite place dans votre bibliothèque…

Si vous avez des questions n’hésitez pas.

Et si vous lisez ce roman, un petit commentaire sur Amazon serait vraiment sympa (avec du négatif ou du positif c’est toujours le bienvenu).

Et pour ce qui est de la chaîne Youtube, je vous invite à vous abonner même si je ne sais pas encore si j’aurai le temps de l’alimenter, on ne sait jamais, il pourrait y avoir tout de même quelques créations à l’avenir. 🙂 

Bon visionnage et bonne lecture.

Bises

Frédéric Dessault

Cahier de Lectures #14

 

Wilt 1 – Comment se sortir d’une poupée gonflable et de beaucoup d’autres ennuis encore – Tom Sharpe

 

Éditions 10/18 -285 p.

 

4e de couverture CVT_Wilt-Tome-1--Comment-se-sortir-dune-poupee-gonfl_3198

 

Henry Wilt est à bout. La quarantaine passée, chaque jour lui rappelle sa médiocrité. Une carrière au point mort, des étudiants dégénérés, et Eva sa femme, qui ne rate jamais une occasion de le rabaisser. Certain que le monde lui refuse depuis longtemps une gloire bien méritée, Henry décide d’agir et de supprimer celle qui a fait de sa vie un véritable enfer. 

 

 

 

Lire la suite

Cahier de Lectures #13

Les gens heureux lisent et boivent du café – Agnès Martin-Lugand

Éditions Pocket – 186 p.

41n92JpR52L._SX303_BO1,204,203,200_

Bonjour à tous,

Voilà, avec 15 000 ans de retard, j’ai enfin lu le premier roman de Agnès Martin-Lugand. D’abord auto-édité sur la plateforme Amazon en 2012, puis par les éditions Michel Lafon en 2013, ce livre, qui a été un véritable succès et dont je n’avais entendu que du bien, a fini par aiguiser ma curiosité.

Je vous laisse découvrir ce que j’en ai pensé…

Lire la suite

Cahier de Lectures #11

 

Les Enfants indociles – Marie Charrel

Éditions Pocket -308 p.

4e de couverture enfantsindociles

Jeune femme effacée, Claire rédige des horoscopes pour un quotidien et rêvasse beaucoup. Se glisse dans la peau d’autres, croisés au hasard des rues, et mène toutes les existences qu’elle désire avec un peu d’imagination et sans grand risque. Jusqu’à cette lettre de Magda, sa fantasque grand-mère, un « cap’ ou pas cap’ ? » comme seul message. Puis d’autres courriers encore et, chaque fois, un défi. Exhortant Claire à sortir de sa réserve sécurisante, se pousser, se trouver et peut-être même, enfin, apprendre à vivre sa propre vie.

Lire la suite

Cahier d’auteur #6

 

La Part du Temps – 5ème extrait

 

Bonjour à toutes et à tous. Tuer-le-temps

Je vous laisse découvrir un cinquième et dernier, très bref, extrait de mon roman.

Bonne lecture ! 

19h05

   Le temps s’écoule ; imperturbablement.

   Dans mon dos, la seule horloge accrochée au mur qui fonctionne encore. L’éternelle litanie de la longue et fine aiguille, qui, de manière saccadée, en maints cliquetis insupportables, égrène chaque seconde.

   Cette succession de tic tac infernaux m’assourdit, me déconcentre, m’angoisse.

   La page reste blanche et mes doigts, posés sur le clavier de l’ordinateur, ne bougent pas.

Lire la suite

Cahier d’auteur #5

 

La Part du Temps – 4ème Extrait

 

Bonjour à toutes et à tous, voilà (en exclusivité) un quatrième extrait de mon roman. tabextr4

Bonne lecture !

 

Extrait du Carnet de mon père.

Pensées sur le Temps page 67  

 

    » Je ne porte pas de montre, car la tyrannie du temps est une atteinte grave à la liberté. « 

Jean d’Ormesson

 

   Est-il possible d’échapper au temps ?

   Nous ne pouvons pas l’apprivoiser. Nous ne pouvons pas nous y soustraire. Nous ne pouvons pas aller et venir en lui.

   Mais est-il possible de s’en absoudre ?

   Nous pensons le temps comme un phénomène changeant, des instants qui vont et qui viennent, alors nous devons avoir la capacité de pouvoir stopper ses effets ; en restant inerte par exemple, en devenant immobile dans un monde mobile. Cela n’empêcherait certes pas le temps d’exister, de continuer d’avancer, mais il nous serait alors possible de nous affranchir de lui.

   Est-ce à cela que nous sert de dormir ou de méditer ? A se fixer dans le temps, contre le temps ?  A ce moment là, nous n’avons plus conscience de lui, et pouvons donc, a priori, nous  libérer de son emprise.

Lire la suite

Cahier d’auteur #4

 

La Part du Temps – 3ème extrait

 

Bonjour à toutes et à tous, voici un troisième extrait de mon roman.limage

Bonne lecture !

 

14h25

 

   Le peuple est dans la rue, dans toutes les villes, dans chaque commune.

   Les gens, abasourdis mais révoltés, veulent prouver, crier bien fort au fanatisme, à l’immonde obscurantisme, qu’ils ne se laisseront pas faire, qu’ils ne se soumettront jamais à leur loi barbare. Alors ils marchent, ensemble, défenseurs d’une liberté, ébranlée.

   La marche est silencieuse. L’émotion est intense.

   Des centaines de dessins, des caricatures, des phrases drôles, des mots indociles, inscrits sur de grands cartons, virevoltent au-dessus des têtes.

   Sur les maisons qui bordent la rue, fixés sur les balcons, coincés entre des battants délabrés, des drapeaux tricolores ondulent au vent.

   Les visages sont tristes, mais on peut également y déceler une confiance sereine, sans une once de haine.

   Et dans les yeux se reflètent l’espoir, le commencement d’un monde nouveau, pacifié.

   Nous avançons à petit pas, comme un seul homme ; et l’on ressent, en cet après-midi froid, une fervente et prodigieuse chaleur.

   Clémentine est à mes côtés, le regard grave. Elle a écrit,  sur ses joues et son front – au feutre rouge – ces mots si simples, et pourtant tellement important :  Liberté. Égalité. Fraternité.

   C’est tous les deux que nous avons pleuré la veille, lorsque nous avons vu l’ignorance et la cruauté s’acharner sur le rire et la légèreté.

   Nous avons pleuré la haine, le rejet. Nous avons pleuré la fin de notre innocence.

   Des crayons énormes – mesurant bien plus d’un mètre – sautillent et avancent, dansent, à chaque mouvement de leurs porteurs.

   Puis on entend, loin devant, les noms des victimes : dessinateurs, journalistes, juifs et policiers ; et alors, telle une vague auditive, les applaudissements submergent la foule, déferlent progressivement jusqu’à nous, puis se déploient vers l’arrière de l’immense cortège. C’est un raz-de-marée de solidarité, une communion magnifique ; ça me fout des frissons tellement c’est beau.

Lire la suite